00:00:00 / 00:00:00
Les Concours / VIOLON 2012 / Orchestres et Chefs
Orchestres et Chefs
Orchestre
Depuis sa création en 1936, l’ONB défend avec passion les valeurs à la fois traditionnelles et novatrices de la musique symphonique. Il a évolué au contact de directeurs musicaux à l’inspiration créatrice comme André Cluytens, Michael Gielen, Mikko Franck ou Walter Weller. André Boreyko est son directeur musical depuis septembre 2013. Le chef d’orchestre d’origine russe possède une solide expérience grâce à sa collaboration avec des ensembles renommés en Europe et aux États-Unis. Il accompagne l'ONB vers toujours plus de raffinement et élargit sa palette d'émotions. Réputé pour la qualité et l'originalité de sa programmation, Boreyko entend toucher l'âme d'un large public par une recherche permanente de la justesse sonore, à la fois vibrante et transparente. Son public, l’ONB le rencontre dans des salles de concerts à travers toute la Belgique, au cours de tournées à l’étranger, et en particulier dans la prestigieuse salle du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles où l’orchestre offre ses propres séries de concerts en collaboration avec BOZAR MUSIC. Afin d'explorer d'autres sensibilités, l'orchestre se produit également sous la direction de chefs invités de tout premier plan. Les émotions sont aussi au rendez-vous à chaque fois que l’orchestre accompagne des solistes de renommée mondiale tels qu’Hélène Grimaud, Vadim Repin ou Gidon Kremer, ou encore des étoiles de l’opéra comme Bryn Terfel, Roberto Alagna, Jonas Kaufmann, Rolando Villazon, Anna Netrebko ou Juan Diego Flórez. Des liens solides se tissent également avec de jeunes musiciens tels que Plamena Mangova, Lorenzo Gatto ou Yossif Ivanov, grâce à l’excellente collaboration avec La Chapelle Musicale et le Concours Reine Elisabeth. L’ONB est un orchestre résolument ancré dans notre société actuelle. L'orchestre n’hésite pas à commander des compositions à de talentueux compositeurs, créateurs potentiels des chefs-d’œuvre de demain, à offrir une opportunité aux jeunes talents, mais aussi à redécouvrir des œuvres moins connues, et à ouvrir un espace pour accueillir la musique de film et la musique populaire de haut niveau. Avec une série de projets diversifiés à destination des enfants et des jeunes, de nouveaux contacts se nouent avec les futures générations d’auditeurs. L'ONB porte activement toutes ces initiatives et se place au centre d’une société en perpétuelle évolution. Durant les années avec Walter Weller (2007-2012), un enregistrement-CD est paru chaque année chez Fuga Libera dont plusieurs ont été couronnés de labels de qualité par la presse spécialisée internationale. Les enregistrements de la Symphonie Asraël de Josef Suk, Ein Heldenleben de Richard Strauss, le Premier concerto pour piano de Johannes Brahms avec Plamena Mangova, entre autres, ont été salués à l’étranger. L’ONB a également continué ces dernières années à défendre et à construire sa réputation par delà les frontières, notamment au Japon, en Espagne, en Suisse, et plus récemment en Allemagne et en Europe centrale.
Voir la page de détail
Chef d'orchestre
Fils du grand violoniste hongrois, Tibor Varga, Gilbert Varga a étudié avec trois chefs éminents : Franco Ferrara, Sergiu Celibidache et Charles Bruck. Célèbre pour sa remarquable technique de direction, Varga a été l’invité des plus grands orchestres à travers le monde. En Amérique du Nord, il dirige régulièrement les orchestres symphoniques de Houston, Saint-Louis, Atlanta, Milwaukee, Minnesota, Utah et Nashville, et, cette saison, il fait ses débuts avec l’Orchestre symphonique d’Oregon et l’orchestre du Conservatoire de Musique de Colburn (Los Angeles). En Europe, il travaille souvent avec les orchestres majeurs, à Berlin, Leipzig, Francfort, Cologne, Madrid, Budapest, Bruxelles et Glasgow, et, cette année, il fait ses débuts avec le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra. En 2013, Varga a été nommé chef principal du Taipei Symphony Orchestra. Au début de sa carrière, il a principalement travaillé avec des ensembles de musique de chambre et plus particulièrement avec l’Orchestre de Chambre Tibor Varga. De 2001 à 2012, il dirigea très régulièrement les finales du Concours Reine Elisabeth. Sa discographie comprend des enregistrements pour ASV, Koch International et Claves Recordings. Son dernier enregistrement (janvier 2011, Naïve) des concertos de Ravel et Prokofiev avec Anna Vinnitskaya et le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin a reçu cinq étoiles dans le BBC Music Magazine.
Voir la page de détail
Orchestre
Il y a 61 ans, en 1958, Lola Bobesco crée “Les Solistes de Bruxelles”, renommés “Ensemble d’archets Eugène Ysaÿe” et actuellement Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (ORCW). Sur les plus grandes scènes internationales, l’orchestre a régulièrement collaboré avec les plus grands artistes : José Van Dam, Mstislav Rostropovitch, Aldo Ciccolini, Mischa Maïski, Maurice André, Arthur Grumiaux, Philippe Hirschhorn, Georges Octors, Jean-Pierre Wallez, Gidon Kremer, Louis Lortie, Jian Wang, Ivry Gitlis, Antoine Tamestit, Henri Demarquette, Richard Galliano, the Modigliani Quartet, Jean- Philippe Collard, Gérard Caussé, Renaud et Gautier Capuçon, Augustin Dumay, Maria João Pires ; à Paris, Pékin, Abu Dhabi, Amsterdam, Rotterdam, Bucarest, Bayreuth, Munich, Luxembourg, Zurich, Genève, Saint-Pétersbourg, Bruxelles, etc. De 2003 à 2013, l’orchestre a bénéficié du dynamisme et de la renommée de son Directeur Musical, Augustin Dumay. En 2014, Frank Braley lui a succédé avec un bel enthousiasme. L’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie se produit régulièrement en Belgique sous la direction de son violon conducteur, Jean-François Chamberlan. L’orchestre est partenaire du Concours Reine Elisabeth, et un complice régulier de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, de Bozar, de Flagey, et de nombreux festivals belges. À Mons, sa ville de résidence, en partenariat avec Mars (Mons Arts de la Scène) et avec le soutien de la Ville de Mons, l’ORCW propose un répertoire diversifié et original. Frank Braley y propose une saison avec les plus grands artistes internationaux : Michel Portal, Paul Meyer, Eliane Reyes, Ronald Van Spaendonck, Augustin Dumay, Gérard Caussé, Steve Houben, Aurélien Pascal, Les Violons du Roy, Sylvain Cremers, Jean-Pierre Wallez, Richard Galliano, Jean- Paul Dessy, l’Orchestre Philharmonique de Liège, Renaud Capuçon, le Quatuor Modigliani, Jean-Philippe Collard, Anne Quéffelec, Miguel da Silva, Sergio Alapont, Barnabás Kelemen, Mathieu Herzog, Vahan Mardirossian, Henri Demarquette.
Voir la page de détail
Chef d'orchestre
Né à Munich, Michael Hofstetter est d’abord professeur de direction d’orchestre et de musique ancienne à l’Université Johannes Gutenberg, avant de s’imposer comme l’un des chefs les plus réputés dans l’interprétation sur instruments d’époque. Il est directeur musical du festival du Château de Ludwigsbourg depuis 2005 et, depuis 2006, de l’Orchestre de Chambre de Stuttgart, où il poursuit la tradition de l’interprétation baroque initiée par Karl Münchinger. Depuis quelques mois, il occupe le poste de directeur musical du ‘Recreation’ Grosses Orchester Graz et du Staatstheater Gießen, où il avait par ailleurs fait ses débuts en tant que chef d’orchestre. Michael Hofstetter a été un proche collaborateur de Herbert Wernicke, avec qui il a remporté de francs succès pour des productions devenues célèbres telles Alcina et Giulio Cesare de Haendel. Leur dernière collaboration, Actus Tragicus, basée sur des cantates de Bach, est jouée dans le monde entier depuis dix ans, comme en 2009 au Festival International d’Edimbourg. Depuis 1999, le chef attache une grande importance à sa collaboration annuelle avec le Festival Haendel de Karlsruhe. Il excelle par ailleurs dans l’interprétation des opéras inconnus de Salieri, Gluck, Cimarosa, Hasse et E.T.A. Hoffmann, avec l’orchestre du festival de Ludwigsbourg, avec lequel il réalise de nombreux enregistrements. Il s’intéresse également aux autres répertoires : avec l’Orchestre de Chambre de Stuttgart, il a réalisé de nombreux programmes de musique contemporaine, dont des créations mondiales de Moritz Eggert et Helmut Oehring. Au Festival du Château de Ludwigsbourg, le public et la presse sont régulièrement au rendez-vous pour ses interprétations de Schumann, Berlioz et Verdi sur instruments d’époque, comme en témoigne l’enregistrement live du Trouvère de Verdi (label OehmsClassics, janvier 2012). À de nombreuses reprises, et encore récemment pour sa production inattendue de Didone Abbandonata de J.A. Hasse au Théâtre du Prince Régent à Munich, le magazine Opernwelt l’a nommé ‘Chef de l’année’. Pour son engagement dans le domaine de l’opérette, il a reçu la médaille Robert Stolz, et pour son travail au festival du Château de Ludwigsbourg, il a été honoré du prix Horst Stein. Michael Hofstetter est régulièrement invité dans les maisons d’opéra et dans les festivals internationaux, comme à Hambourg, Munich et Berlin, à l’Opéra Royal de Copenhague, au Gran Teatre del Liceu de Barcelone, au Welsh National Opera ainsi qu’au Houston Grand Opera et au Festival de Salzbourg. De nombreux CD et DVD ont été réalisés sous sa direction auprès des labels OehmsClassics, CPO, Orfeo, Deutsche Grammophon, SONY et Virgin Records. En 2013, Michael Hofstetter est invité au Staatsoper Stuttgart et à l’Opéra Royal de Versailles, ainsi qu’au Festival Styriarte et pour une nouvelle Traviata à l’English National Opera de Londres.
Voir la page de détail
Français - Nederlands - English
Chercher dans le site
Newsletters
Connexion
Audio & vidéo Violon 2019
Reécoutez ou regardez les prestations des candidats et demi-finalistes
Les CD du Concours
La Médiathèque
Archives audio, vidéo et photo de 1951 à 2019